Extension d'un complexe culturel

6 personnes soutiennent


11 jours restant
40 h de bénévolat sur 40
100% Complete
100%

Ensemble pour un avenir meilleur


1 projet créé

Contexte du projet

Le complexe  culturel ‘’La case à Palabre’’ mis sur pied par l’Association pour le Développement de Batschenga (ADEB), présente un « concept » bien nouveau et tout aussi innovant dans le cadre de la ville de BATSCHENGA, et même pour le Cameroun tout entier. Il associe, dans une entité unique, trois espaces complémentaires à caractère purement social :

  • un espace éducatif,
  • un espace récréatif et de loisirs,
  • un espace de création artistique et touristique, de formation artisanale et professionnelle.

Ces outils multiples sont gratuitement mis à la disposition des jeunes, leur permettant ainsi de pouvoir s’instruire, se former, s’éduquer, se récréer  et créer si possible, de petites activités génératrices de revenu, et qui pourraient assurer leur bien-être tout en améliorant considérablement  le niveau de vie général des populations.

 

Dans sa phase actuelle, le projet présente les éléments suivants, déjà opérationnels :

  • Une bibliothèque de consultation qui, partie de moins de deux cent ouvrages au mois de mars 2017, compte actuellement six cent trente un ouvrages. Soit une progression de quatre cent ouvrages en six mois.
  • Une médiathèque avec un vidéoprojecteur qui nous permet actuellement de faire des projections vidéo pour des jeunes et de conduire certains projets éducatifs ainsi que des séances de formation.
  • Un centre multimédia où l’on forme actuellement des jeunes à titre gratuit au secrétariat bureautique. Il est même prévu dans le futur de créer un point de formation pour une formation certificative de l’Institut Africain d’Informatique.
  • Un point de formation est aussi en train d’être ouvert qui concernera la vannerie et les différents métiers pour la fabrication des objets en rotin.

 ‘’La case à Palabre’’ serait donc ainsi la proposition d’une réponse appropriée tant sur le plan social que sur le plan économique pour aider les populations rurales dans le relèvement de leur niveau de vie.

Il est à noter ici que, outre ces formations déjà opérationnelles ou en voie de l’être,  le complexe reste ouvert à toute idée de formation dans divers domaines qui puisse aider la jeunesse (filles et garçons), et accompagner les différentes populations  dans leur quête vers un mieux-être social.

A propos du projet

L’existant actuel de la Case à palabre en termes d’espaces est le suivant :

  • 24 m2 pour la bibliothèque et la salle de lecture (soit un espace de 4m x 6m)
  • 9,9 m2pour le centre multimédia (soit 3,30m x 3,00m)
  • 7,5 m2pour les bureaux (soit 3,00 m x 2,50 m)
  • 25 m2pour les formations artisanales et autres (soit 5 m x 5 m)

Le total des espaces occupés est ainsi de 66,4 m2

Ces espaces existent dans une vieille bâtisse qui sollicite pour le moment quelques  travaux de réfection. Et même si ces travaux étaient engagés, les espaces dans cette bâtisse resteraient insuffisant au stade actuel et pour toutes les activités engagées. Ceci nous oblige donc à aménager d’autres espaces pour pouvoir y loger au mieux les différentes activités.

Ainsi sommes-nous actuellement propriétaires d’un terrain de trois cent mètres carré environ, que nous voudrions voir aménager avec les matériaux locaux dans un premier temps, ceci pour minimiser les coûts de la construction.

Le manque d’espace à l’intérieur de la bâtisse nous oblige à l’heure actuelle, d’adopter des solutions palliatives qui, manquent totalement de confort, et qui nous obligent la plupart du temps,  à devoir consentir que les jeunes qui fréquentent la bibliothèque puissent sortir les ouvrages pour lire à l’extérieur. Cette solution met au risque la sauvegarde des livres que nous sommes censés préserver. 

Pendant certains ateliers comme la recherche internet menée par les élèves, et qui malheureusement ne peut se transporter à l’extérieur malgré l’exiguïté du local, les jeunes le plus souvent se retrouvent comme des sardines empilées dans une boîte, marchant les uns sur les autres. Condition qui ne leur permet pas de travailler avec assez de quiétude, et dans le confort nécessaire à une meilleure assimilation des données de la recherche.

Il est tout aussi difficile, pendant ces moments, et aussi pendant les ateliers de langue, que l’on puisse consulter les ouvrages de la bibliothèque. Ainsi la tenue de ces ateliers se fait-elle au détriment de la consultation des ouvrages de la bibliothèque.

Pendant les projections vidéos, un écran est descendu, qui est placé au-devant des livres, bloquant totalement l’accès aux rayonnages.

Le porteur de projet

Daniel ONANA est né le 15 Juillet 1955 à Batschenga, un village situé à une soixantaine de kilomètre de Yaoundé qui est la capitale politique du Cameroun.

Ecrivain, avec à son actif quatre publications chez deux éditeurs différents en France :

-           Un recueil de nouvelles et une œuvre théâtrale publiés chez MON PETIT EDITEUR, qui fait partie du groupe PUBLIBOOK/Société des Ecrivains.

-           Un recueil de nouvelles et un roman publiés chez EDILIVRE.

Il travaille actuellement sur une monographie qui retrace l'histoire de Batschenga depuis les années 1890.

Il est marié et père de quatre enfants.

EXPERIENCE ARTISTIQUE ET LITTERAIRE 

  • Poète écrivain
  • Dramaturge
  • Scénariste
  • Metteur en scène
  • Comédien

Publications :

MUN ETOGA, le livre des origines de Batschenga (préfacé par le Dr BINGONO BINGONO - Anthropologue) publié par l’auteur.

Rêves et désillusions (Nouvelles)  Edilivre

Nomade (Roman) Edilivre

Les suicidaires  (Nouvelles) Editions publibook/Mon Petit Editeur

Piège sans fin ou la folie des pouvoirs (Théâtre) Editions publibook/Mon Petit Editeur

 

Nos besoins

 

 

Nous aurons besoin en amont d'un bon business plan.

Le business plan s’accompagne de tableaux financiers parmi lesquels :

  • Le compte de résultat prévisonnel
  • Le bilan prévisionnel
  • Le plan de financement
  • Le budget de trésorerie

 

Je vais avoir besoin de :

- Personnes ayant des compétences en COMPTABILITÉ

- Personnes ayant des compétences en FINANCE

- Personnes ayant de l'expérience dans le milieu de la culture

- Personnes désireuses de rejoindre le projet 

Impact Social

26 personnes soutenues

Faq

Pour toute autre question bien vouloir contacter :

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE BATSCHENGA

adebatsch@yahoo.com